Le GR 20

                              

            

         Le GR20 est l'un des sentiers de randonnée le plus emprunté d'Europe, le GR 20 chemine, du nord au sud, sur les crêtes de Corse. Il recèle sa propre histoire et sa propre légende, superposées à l'histoire et aux légendes de l'île. Pour les ruraux, habitants, paysans et bergers, la montagne en dehors de la période estivale où elle était lieu de rassemblement et de vie pour les bêtes et les hommes, a toujours été un lieu de craintes et de dangers : la neige les orages, la foudre.  

          En 1952 Jean Loiseau édite un premier guide détaillant de nombreux parcours de montagne recouvrant une bonne part du sentier GR20 d’aujourd’hui. Dans les années 60, l'ingénieur des forêts Guy Degos proposera d'étudier un parcours qui traverserait toute la Corse par les arêtes montagneuses. 

         Mais cette création du GR 20, sentier de grande randonnée corse, est intimement liée aux années soixante dix, qui sont pour la Corse des années charnières, de revendications régionalistes, environnementales et culturelles. C’est à cette période que va naître le Parc Naturel Régional de Corse le 15 mai 1972. Cette création visait à pallier à la désertification des villages et de l’intérieur de l’île en général. Le but était la mise en valeur des anciens chemins de transhumance ou inter–villages pour relancer le pastoralisme d’estive, mais aussi le développement de ce que l’on appelle aujourd’hui tourisme vert.

         Le projet d’une haute route traversant la Corse du nord au sud par les principaux massifs de l’île est conduit par Michel Fabrikant, alpiniste amoureux de la Corse. C’est à lui que l’on doit le premier tracé du GR 20 en 1972, suivant de très près la création du Parc. Puis, ce fut la création progressive des refuges de montagne. Le GR20 a été conçu au départ dans un esprit sportif, spartiate avec peu de confort, se pratiquant en autonomie. Il s’est adressé pendant longtemps à un public averti de montagnards, capables de porter des sacs dépassant les 25 kilos. Les ravitaillements se faisaient dans les villages et il fallait redescendre vers les vallées. Les refuges étaient gérés par le Parc Régional et ses agents. La vente de nourriture y était interdite.

        Aujourd'hui, le GR 20 parcourt, sur près de 200 kilomètres, des paysages d'une beauté sans égal. Issu du rêve de quelques précurseurs et du travail assidu des agents du Parc naturel de la Corse, il emprunte parfois les chemins traditionnels de la transhumance et rencontre souvent la légende et l'histoire des lieux qu'il traverse.

         Les habitudes des bergers ont tracé, avec discrétion, leurs lignes de conduites dans le relief. Les sentiers traditionnels de basse et moyenne altitude, bordés de murets, sont souvent repris comme liaisons avec le GR 20. Ils conduisent aux bergeries empierrées sur des lits de fougères.

                               

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×