Etape 3: De Carrozzu à Ascu Stagnu

 

                        Vendredi 06 Août 2010

 

Durée: 6h10
Dénivelés (cumulés): +790m/-638m

 

           Nous nous réveillons toujours vers 5h00 mais nous n'avons pas très bien dormis, surtout pour Yannick dû à des douleurs aux pieds toute la nuit. Il nous faut alors beaucoup de temps pour nous préparer: 1h30 (record battu), nous préparons notre café au réchaud et petit déjeunons dans la tente. Enfin, nous démontons cette dernière, remplissons nos gourdes pour la journée et partons.

 

           Rapidement, nous arrivons à la fameuse passerelle de Spasimata, longue de 31 mètres et suspendue à une quinzaine de mètres du sol. Après son passage impressionnant, qui surplombe une petite cascade et une grosse vasque, nous apercevons au loin de jeunes mouflons qui bêêêêlllent( les premiers du GR). Ils ne ressemblent pas à tous ceux que l'on peut voir dans les livres, mais cela est dû à leur jeunesse, leurs cornes ne sont pas encore bien développées. Nous longeons par la suite la rivière d'où nous surplombons d'énormes trous d'eau depuis les dalles rocheuses où nous nous trouvons!

           Je retrouve un bon rythme après les deux dernières étapes difficiles, c'est de la folie!! Nous arrivons en haut d'un petit col, perdu au milieu de rien et là, les téléphones se mettent à capter! Nous décidons de faire une pause et passons notre premier coup de téléphone et répondons aux quelques messages d'encouragements venus d'ici et de là. Nous repartons et passons à proximité du Lac de la Muvrella. Nous franchissons par la suite un, puis deux cols et faisons notre pause repas du jour et testons le repas lyophilisé que Yannick avait acheté avant de partir, à Décathlon. Ce dernier n'était pas trop mauvais, mais je trouve cela un peu cher pour un repas ( un peu plus de 5€) même s'il pèse 20grammes.

          Nous effectuons enfin la dernière descente très longue jusqu'au refuge 3 étoiles et arrivons au refuge d'Ascu Stagnu à 1422 mètres d'altitude. Première chose que nous faisons, se poser et faire l'état des lieux de nos organismes: Nous avons beaucoup d'ampoules, surtout Yannick qui se transformeront plus tard en véritables cratères, et ma cheville va beaucoup mieux, surement dû à l'adaptation de la randonnée.

         Nous payons ensuite notre emplacement et montons notre tente sur la petite place où il y en a déjà un bon nombre et retrouvons Manu, Ludo, Patrick et ses 3 jeunes. Nous prenons par la suite une douche.... tiède!! Ca fait trop plaisir, mais après nous sommes passés par la case lessive où là l'eau été extremement froide! Ca fait moins plaisir. Nous retournons à notre tente pour étendre notre linge et lorsque nous prenons la direction du refuge, nous voyons la petite camionnette du ravitaillement arriver. Nous aidons donc à décharger, avec l'aide d'Alphonse, car elle est remplie à rabord et déposons tous les paquets dans le "magasin" du refuge. Et là, bonne surprise, la gardienne nous offre alors à chacun une bonne bière fraiche! Cela fait vraiment plaisir et nous nous installons à une table sur la terrasse pour profiter un peu!

         Nous passons ensuite faire nos courses qui avaient été avortées par l'épisode précédent, et mangeons un petit morceau: paté, saucisson, fromage et surtout du pain frais et de la musique sortie de mon téléphone portable! Nous prenons ensuite le temps de bien nous poser à la tente où nous papotons tout en soignant les ampoules récalcitrantes. Enfin, nous réchauffons une petite soupe avant d'aller nous brosser les dents et profitons du couché de soleil sur la montagne qui nous fait face: Tout simplement magnifique! Nous nous couchons enfin à 21h00.

         Nous avons maintenant l'impression d'être pleinement dans le GR, nous ne sommes plus partis pour le faire, nous sommes dedans. Une petite routine agréable s'installe, les réveils à l'aube, la marche, les rochers à escalader, les pauses pour boire ou avaler une barre, les paysages splendides, les vaches, les marques rouges et blanches, les bonjours lancés aux autres randonneurs surtout les "sudistes" et bien sûr le bonheur d'apercevoir enfin chaque refuge.

         Au final, la journée n'a pas été trop dure, la patronne du refuge est super sympa et vous considère comme ses petits enfants si vous êtes jeunes. Les gens sur le GR sont vraiment gentils, si vous avez un soucis, ils sont là pour vous aider.Par exemple cette dame, surnommée la pharmacienne, qui avait toujours sur elle n'importe quel médicament principal et nous en a donné un lorsque nous étions à court. Nous avons un peu moins d'ampoules que les précédentes étapes et demain nous nous attaquons à l'étape mythique de cette randonnée: Le Cirque de la Solitude.

                    Allons nous en ressortir indemne??

 

       La Passerelle de Spasimata

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site